Concertos n°23 et 24 de Mozart par François Chaplin

Ecrire un article sur les concertos pour piano de Mozart  est un exercice bien plus difficile qu’il n’y paraît. Tout a été dit sur Mozart, et rien n’est finalement convaincant car la musique de Mozart semble nous échapper complètement alors même qu’elle nous paraît évidente.

Le génie de Mozart qu’on a tant cherché à expliquer est peut-être là : une évidence dans un langage parfaitement maîtrisé, une musique qui n’appartient à aucune école, un style qui n’entre dans aucune classification, une œuvre qui n’a pas de lien avec aucun courant de pensée… On évoque toujours le Sturm und Drang, « orage et passion » en français, ce mouvement qui revendique émancipation et conquête de liberté et qui peut être considéré comme les prémices du romantisme. Mais Mozart, même s’il s’est certes imprégné de multiples tendances, est au-delà.

La suite en cliquant ici : Au bonheur du piano

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s