Qui suis-je ?

C’est vers l’âge de six ans que les sonorités du vieux piano de ma grand-mère – qui était certainement faux et probablement impossible à accorder durablement – commencèrent à m’enchanter. J’ai insisté alors pendant deux ans auprès de mes parents qui n’étaient pas spécialement mélomanes pour qu’ils m’offrent des cours.

A l’âge de onze ans, la découverte d’enregistrements du pianiste Alfred Cortot, dont on célébrait cette année-là le centenaire de sa naissance, produisit en moi un bouleversement indescriptible. L’imagination de ce pianiste, son art incomparable du phrasé, son toucher inimitable, la vitalité de ses interprétations, tout cela me fascina aussitôt et c’est sans doute à ce moment que j’ai décidé de consacrer ma vie à la musique.

Après mon baccalauréat, j’ai intégré l’Ecole Normale de Musique de Paris – Alfred Cortot et j’ai étudié le piano avec Cécile Edel-Latos, fondatrice du célèbre concours de piano qui porte son nom, ainsi que la musique de chambre avec Maurice Husson, altiste du quatuor Calvet dans sa formation d’après-guerre puis altiste solo de l’orchestre de Paris. J’ai bénéficié également des conseils de Serge Petitgirard, grande figure de l’enseignement français, puis, par ailleurs, de ceux de Michel Iaschine, héritier de l’école russe de piano.

En 1989, j’ai commencé à enseigner en conservatoire municipal et en libéral. J’enseigne toujours aujourd’hui avec la même passion. Voir mon article L’enseignement du piano

En 2011, j’ai fait l’acquisition d’un piano à queue et d’une fourgonnette et j’ai fondé Le Piano impromptu afin de promouvoir la musique classique et de la rendre accessible à tous en intervenant en extérieur ou dans des lieux dépourvus d’instrument. J’ai donné bénévolement entre 2011 et 2016 cinquante-cinq concerts en ville (parcs, marchés, sites touristiques….), dans des petites églises de campagne, dans des maisons de retraite…, la plupart du temps en solo, parfois à quatre mains avec Line Boucher. L’organisation de tels événements étant très compliquée, j’ai mis un terme à cette activité fin 2016. Le piano à queue numérique a été offert à l’école La Vraie note de la famille Lavrenova, à Liège en Belgique.

En 2016, j’ai ouvert le blog Au bonheur du piano qui propose diverses rubriques : La discothèque idéale, Actualité musicale, Jeunes pianistes…